BP 12 - 75660 Paris Cedex 14

Les Actus

Lettre de Varoujan SIRAPIAN,
Président-fondateur de l’Institut Tchobanian
à Ursula von der Leyen

[02/01/2023] – Varoujan SIRAPIAN Président-fondateur Institut Tchobanian

A l’attention de Madame Ursula von der Leyen
Présidente de la Commission européenne

Madame la Présidente,Devant l’extrême gravité de la situation humanitaire en Artsakh (Haut-Karabagh), au nom de l’Institut Tchobanian, (Centre de recherche indépendant en études stratégiques pour l’Europe, le Sud-Caucase, l’Asie Mineure et le Proche-Orient), je vous prie instamment d’agir de toute l’autorité de vos hautes fonctions et de toute urgence afin de faire entendre la voix de l’Union Européenne pour une levée immédiate du blocus imposé par l’Azerbaïdjan.

Ce blocus ne vise rien moins que la disparition, ouvertement recherchée et annoncée par son dirigeant, de la présence séculaire arménienne, privée d’approvisionnement et de secours médicaux, sur ce territoire martyr qui subit quotidiennement des assauts mortels à sa population et à sa culture.

L’ article ci-joint, “L’Arménie sur la brèche”, signé d’Henry Cuny, ancien ambassadeur en Arménie, écrivain et président d’honneur de l’Institut Tchobanian, paru dans le dernier numéro de notre revue “Europe et Orient”, en retrace les différents aspects historiques et actuels.

Vous en souhaitant bonne réception, je vous prie d’agréer, Madame la Présidente, l’assurance de ma haute considération.

Varoujan SIRAPIAN
Président-fondateur
Institut Tchobanian

 

L’Arménie sur la brèche

Henry Cuny, ancien ambassadeur en Arménie, écrivain et président d’honneur de l’Institut Tchobanian

L’Arménie est en guerre et ce n’est pas d’aujourd’hui. Elle ne date pas davantage de cet automne tragique de
2020 où elle prit le nom de guerre des 44 jours, comme si elle avait commencé et s’était terminée là, alors que les tirs sporadiques à la frontière avec l’Azerbaïdjan restaient chose courante durant ma mission dans ce pays (2002-2006) et n’ont jamais cessé depuis : entre trente et 50 morts par an, côté arménien. Cet épisode n’est hélas que la continuation d’une situation conflictuelle dont les racines sont bien antérieures. Dans un article qui m’avait été demandé par l’Express il y a quelques années je disais en introduction qu’il n’y avait aucune chance pour qu’existât aujourd’hui, au XXIe siècle, et situé où il est, un pays comme l’Arménie : trois millions d’habitants à peine, une absence de ressources naturelles, pays des pierres selon ce qu’en disent les Arméniens eux-mêmes, chrétiens enserrés entre trois poids lourds musulmans (Turquie, Azerbaïdjan, Iran) et en conflit ouvert avec les deux premiers, un territoire pas plus grand que la Belgique, dans ce sud Caucase, région stratégique par excellence, longtemps – encore? – disputée entre empire russe et ottoman, après avoir été un carrefour de caravanes. L’Arménie qui a survécu à tant d’empires qui pensaient l’avoir engloutie et qui ne sont plus eux-mêmes que des noms oubliés sur nos atlas historiques1 a quelque chose d’un miracle (en termes de rapports de force, de richesse, de démographie) et ce miracle dérange.

1 – L’Arménie prise dans un cercle vicieux

Sans remonter à la nuit des temps, il faut bien convenir que les malheurs actuels de l’Arménie ne viennent pas seulement des appétits de ses voisins, mais aussi de l’héritage stalinien que l’actuel président russe revendique en en gommant systématiquement les horreurs et les morts qui le disputent en dizaines de millions à ceux de la Deuxième Guerre mondiale dont on n’est plus sûr, depuis le 24 février, et, quelles qu’en soient les formes, qu’elle soit la dernière. Le machiavélisme stalinien avait fait en sorte qu’aucune des républiques soviétiques, auxquelles la constitution reconnaissait un droit tout théorique de sécession, ne soit ethniquement pure, mais comporte sur son territoire des minorités et des enclaves. Ainsi s’explique celle du Haut Karabagh, de population arménienne, sur le territoire azerbaïdjanais et celle du Nakhitchevan, peuplé d’un peu moins de 50% d’Arméniens avant la soviétisation et aujourd’hui quasi uniquement d’Azéris, qui constitue une exclave sans continuité territoriale avec l’Azerbaïdjan.

La désintégration de l’Union Soviétique – le dernier empire en date – a remis en exergue l’opposition de deux principes du droit international, celui de l’intégrité territoriale des États et celui du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes: brandis l’un contre l’autre, ils ont coûté des dizaines de milliers de morts tant du côté arménien que du côté azerbaïdjanais. Le Kremlin gérait ces affaires ex- intérieures avec un sens tout particulier de l’équilibre, qu’un de ses diplomates résumait parfaitement d’une formule, à savoir «le maintien d’un conflit de basse intensité dans la région» : vente des armes des deux côtés, appui à des pouvoirs qui ne tiraient pas des urnes leur autorité, mais sur lesquels « Moscou disposait de tous les dossiers ».

Or il s’est passé en Arménie, au printemps 2018, une chose inconcevable, imprévisible, non seulement pour les Russes et pour les observateurs internationaux, mais pour les Arméniens eux-mêmes : pour la première fois, le peuple a imposé le choix de ses dirigeants, et Nikol Pachinian, librement et massivement élu, devient Premier ministre, promettant la lutte contre la corruption et de « tourner une fois pour toutes la page des persécutions politiques » et de « purger le système judiciaire ».

Enclave chrétienne dont la Russie se voulait malgré tout garante par un traité de sécurité, la garde des frontières et la présence d’une base militaire à Gumri, l’Arménie devenait enclave démocratique, naturellement plus ouverte à l’occident et en particulier à l’Europe, ce lieu de perdition déjà dénoncé dans les arcanes du Kremlin comme un nouveau « Reichmoral », expression recouvrant de la croix gammée la civilisation des droits de l’homme…

Un cercle vicieux se refermait sur ce petit pays : sa sécurité était (et est toujours) entre les mains des Russes, sa démocratisation le rapprochait de facto de l’Europe : non qu’il y ait incompatibilité de fond entre ces deux aspirations légitimes – défense du territoire et État de droit – mais parce que la plus grande menace perçue par le pouvoir russe est moins d’ordre militaire que maladif : le caractère contagieux de la démocratie et de l’aspiration des peuples à la liberté.

2 – L’illusion poutinienne d’une reconstitution impériale

Il reste beaucoup de choses à éclaircir sur la préparation et le déclenchement de la guerre des 44 jours qui a pris de court la défense arménienne alors que les préparatifs, côté azerbaïdjanais, ne pouvaient avoir échappé aux satellites militaires et aux informateurs du grand allié. La reprise de la guerre entre les deux voisins était à l’évidence inscrite dans l’absence de progrès d’un règlement de la question du Haut Karabagh, presque abouti en 2006 sous les auspices de la France et du président Chirac: équilibré, il nécessitait des concessions de part et d’autre, auxquelles les gouvernements sans assise populaire des deux côtés ne purent se résoudre. Or le temps ne travaillait pas pour l’Arménie. Durant ma mission j’avais déjà ce sentiment d’urgence. Sollicité par le ministre des Affaires étrangères arménien pour m’exprimer à ce sujet devant le parlement, j’avais souligné la disproportion des budgets (le budget militaire de l’Azerbaïdjan, grâce à la manne des hydrocarbures, équivalait déjà à la totalité du budget de l’Arménie), des moyens, des renforts extérieurs (conseillers militaires israéliens, turcs, armements…). Il était grand temps pour l’Arménie, en position victorieuse à l’époque, de faire avancer le règlement de la question du Haut Karabagh. Bien sûr, pour cela il faut être deux. Mais l’Arménie était en position de force. Hélas on ne récrit pas l’histoire…

Le sentiment d’un service minimum de l’allié russe dans les affrontements militaires de l’automne 2020 est certainement présent dans les cercles du pouvoir arménien où les relations entre les dirigeants des deux pays n’ont pas la complicité qui caractérisaient celles avec le Président Kotcharian (auquel le président Poutine n’omettait pas d’adresser en prison, moins d’un mois avant le déclenchement des hostilités, une carte d’anniversaire). Mais la guerre des 44 jours ne rebattra pas les cartes à Erevan où Nikol Pachinian remporte avec une confortable majorité les élections législatives de 2021: après la « révolution de velours de 2018 » qui l’a porté au pouvoir, il évoque une « révolution d’acier » pour désigner cette résilience de la démocratie.

La guerre en Ukraine ajoute sa part de complications et de non-dits dans les relations entre Erevan et Moscou. D’une part elle a conduit la Russie a alléger son dispositif militaire protégeant ce qui reste de l’enclave karabaghtsie dont beaucoup d’habitants ont opté pour l’obtention d’un passeport russe. En mars 2021 la langue russe y obtient un statut officiel. D’autre part l’arrivée massive de Russes – fuyant dans un premier temps les sanctions imposées par l’Occident et, plus récemment, la mobilisation – suscite, malgré un bon accueil de la population arménienne, des interrogations. Leur nombre peut un jour devenir prétexte pour Moscou à s’ériger en défenseur de leurs droits, la protection des minorités russophones ayant toujours été l’argument interventionniste par excellence.

On assiste à ce paradoxe qu’au moment où l’Arménie a le plus besoin du soutien militaire de la Russie, le sort réservé à l’Ukraine ne peut que l’inciter à une certaine prise de distance : elle ne se joint pas à Moscou pour reconnaître les deux républiques séparatistes de l’est en tant que Républiques indépendantes. Alors que Moscou, au lendemain de la guerre des 44 jours a cherché à marginaliser le groupe de Minsk en soutenant la création d’un mécanisme régional consultatif 3 +3 (Azerbaïdjan, Géorgie, Arménie, Russie, Iran, Turquie), c’est avec l’aide de l’Union Européenne que l’Arménie a cherché, après deux ans d’escarmouches intermittentes, à se rapprocher d’un accord de paix avec l’Azerbaïdjan. Cette prise de distance est également relevée dans les autres ex-Républiques soviétiques asiatiques du flanc sud de la Russie (absence de soutien de Moscou aux Nations-Unies) qui s’inquiètent de voir ce grand pays se replacer dans la position de l’URSS au XXe siècle, comme ennemi de l’Occident : mais eux peuvent regarder vers la Turquie aux visées impériales concurrentes et qui a joué un rôle déterminant dans la défaite arménienne de l’automne 2020. Pour ces régimes autocratiques d’Asie centrale, touchés en outre indirectement par les sanctions économiques, la Russie n’apparaît plus comme un pourvoyeur de sécurité. Ils feraient sans doute leur cette interrogation d’un journal arménien Haykakan Jamanak (Le temps arménien) édité par Anna Hakobyan, épouse du Premier ministre Pachinian : « Que veut la Russie (de l’Arménie)? Presque la même chose que de l’Ukraine : qu’elle devienne une partie de l’État de l’Union ‘Russie-Biélorussie’ ou de la Russie…».

3 – Mauvaise donne pour l’Arménie

Les défis que l’Arménie doit relever demeurent ceux que je retraçais à grands traits dans l’introduction en balayant 3000 ans d’histoire : on ne choisit pas ses voisins.

La Turquie, qui n’a toujours pas reconnu le génocide de 1915, a largement pris en main la préparation et la conduite des opérations (appui décisif des drones turcs, acheminement de 2000 jihadistes depuis la Syrie) lors de cette guerre des 44 jours que le dirigeant azerbaïdjanais présentait dès le départ comme un nettoyage ethnique en proclamant haut et fort qu’il allait chasser de son territoire et des terres qu’ils occupent de façon séculaire « ces chiens d’Arméniens »: les gendarmes turcs parlaient aussi de « leurs bêtes » à propos de ceux qu’ils déportaient en 1915. Un dirigeant qui revendique comme sien un territoire (le Haut-Karabagh) endosse automatiquement comme sienne la population qui y vit. C’est donc, si l’on s’en tient à sa rhétorique, contre une partie de sa propre population qu’il a utilisé les armes les plus sophistiquées – pour certaines, telles les bombes à sous-munitions, interdites par le droit international-pour tuer et détruire vies, infrastructures, habitat. La destruction systématique des monuments culturels arméniens y compris les cimetières et les églises se poursuit (dernièrement encore celle de Saint Sarkis des XVIIe et XIXe siècles). À ce jeu-là, on n’enterre pas deux fois les morts: on les ressuscite!

L’Azerbaïdjan est devenu un État charnière pour la Russie, aujourd’hui isolée diplomatiquement, dans ses relations avec l’Asie Centrale. Il est aussi devenu un pays incontournable dans les livraisons d’hydrocarbures à l’Europe.

L’Iran, avec lequel l’Arménie a traditionnellement de bonnes relations obligées – frontières bloquées à l’est et à l’ouest, elle ne communique par voie terrestre avec le sud que par la largeur d’un pont – est en plein embrasement. Les négociations sur le nucléaire avec l’Ouest sont mortes. Le régime ne peut que rejoindre le camp des réprouvés où se débat Moscou. Il s’inquiète toutefois de l’accroissement des capacités militaires de l’Azerbaïdjan grâce à Israël et à la Turquie.

L’Arménie ne peut compter en définitive que sur elle-même. Il lui faut donc, comme toujours, croire à la pérennité du miracle. Elle le fait avec une certaine efficacité, espérant parvenir à un accord de paix d’ici la fin de l’année et, à brève échéance, à une normalisation de ses relations avec la Turquie. La Russie, récemment taclée par le Président français pour avoir utilisé ce conflit, s’est attelée à la tâche en suscitant la réunion trilatérale de Sotchi du 31 octobre dont le communiqué annonce le respect des accords entre Bakou et Erevan, en vue d’une normalisation complète basée sur la souveraineté, l’intégrité territoriale et l’inviolabilité des frontières ainsi que la préparation d’un traité de paix, tout en affirmant le rôle central de la Russie dans le règlement. Le 29 octobre, au Congrès du parti qui le soutient, Pachinian avait pris soin de déclarer que l’Arménie figurait parmi les pays démocratiques du monde et avait reçu le même jour le Représentant spécial de l’Union européenne pour le Caucase. Les deux interlocuteurs ont souligné l’importance de la mission d’observation de l’U.E.

Si l’Arménie gagne la paix (qui restera longtemps fragile), ce sera là sa plus grande victoire.

Politique de confidentialité
Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Veuillez noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous proposons.