BP 12 - 75660 Paris Cedex 14

Les Actus

Déjà 72 000 plants d’arbres fruitiers
distribués aux familles du Tavush

[07/07/2020] – Raffi Hekimyan

Le projet agro-pastoral du Tavush, c’est la ferme bovine de Lusadzor, connue pour ses fromages vendus en Arménie, en Russie (et peut-être bientôt en France…). Mais ce projet inclut aussi des actions connexes qui méritent l’attention. Parmi celles-ci, la distribution annuelle de plants d’arbres fruitiers aux familles et agriculteurs de la région.

Les habitants du Tavush, comme ceux de beaucoup d’autres régions rurales d’Arménie, souffrent d’une insuffisance de leurs revenus. Les agriculteurs en particulier, qui exploitent de petites surfaces, sont largement touchés par ce phénomène qui contribue à l’exode vers les villes, voire vers l’étranger.

Pour contribuer à enrayer ce phénomène et développer l’agriculture locale, le Fonds Arménien de France distribue depuis plusieurs années, via la ferme de Lusadzor, des semences et des plants d’arbres fruitiers aux familles et agriculteurs nécessiteux. 17 villages de la région (Lusadzor, Voskepar, Khashatarak, Barekamavan, Tzaghkavan, Bergaber, etc.) en ont profité à ce jour.

Il s’agit généralement de kakis, figuiers, pommiers, cerisiers, noisetiers mais également de pruniers, grenadiers, cornouillers, noyers, ou encore de coings, pommiers et poiriers, autant de fruits dont la commercialisation est assurée et rémunératrice.

Chaque famille bénéficiaire a droit à 3 plants par an. Un agronome du Fonds Arménien fait par la suite le tour du village pour assurer le suivi et conseiller les agriculteurs.

Ces arbres donnent des fruits au bout de 3 à 5 ans. Cet investissement est incitatif et productif : l’agriculteur se projette en effet dans un avenir relativement proche avec l’assurance d’une activité générant une augmentation consistante de ses revenus. Au bout de 5 ans maximum, la récolte est en effet de 200 à 250 kg de fruits en moyenne par arbre. Ainsi, chaque arbre va rapporter chaque année aux familles l’équivalent d’un mois de SMIC arménien, soit 140 €.  Il s’agit d’un complément de revenus substantiel qui a profité depuis 2016, à plus d’une quinzaine de milliers de familles du Tavush, dont 2753 en 2020, et les incite à rester sur leurs terres. Au total, plus de 72 000 plants ont été distribués à ce jour. Faites le calcul…

La nouveauté de cette année a consisté à donner un nombre important de plants à quelques agriculteurs sélectionnés pour les aider à démarrer des productions à moyenne échelle. C’est ainsi que 13 agriculteurs ont reçu en moyenne 200 plants chacun, pour la création de vergers d’environ 5 000 m2 chacun, donc un début d’entreprenariat. Sur place, le Fonds arménien va vérifier l’état d’avancement de ces vergers cet automne, puis au printemps 2021. Si les résultats sont bons, l’opération pourra être renouvelée.

La demande des agriculteurs et des familles est très importante, mais le budget disponible limite la distribution à 3 plants par famille (chaque plant coûte en moyenne 2 €; un don de 100 € permet de venir en aide à environ 15 familles). Un gros bénéfice, à un faible coût !

Les fonds consacrés à ce projet proviennent de dons et du soutien continu du Conseil départemental des Hauts-de-Seine ainsi que des dons recueillis lors des Phonéthons du Fonds Arménien de France.