BP 12 - 75660 Paris Cedex 14

Les Actus

Bilan de l’aide humanitaire
apportée aux déplacés d’Artsakh

[15/11/2021] – Souren Kévorkian

Pendant plus de sept mois, près de 60 000 personnes déplacées d’Artsakh ont bénéficié de l’aide alimentaire du Fonds Arménien de France, dont une partie en collaboration avec l’UGAB.
Le budget de cette aide d’urgence a été de 772 000 €, dont près des deux tiers ont été couverts par des collectivités territoriales françaises solidaires. Le Centre de crise et de soutien du ministère français des affaires étrangères a également participé au financement de cette opération.

Le Fonds Arménien de France a largement participé à l’aide alimentaire aux personnes déplacées d’Artsakh (au nombre d’environ 90 000 à son maximum), aux côtés d’autres organisations humanitaires.
Peu après le cessez-le-feu de novembre 2020, le Fonds Arménien a mis en place un centre de distribution à Erevan, préparant et distribuant jusqu’à 1 000 colis par semaine. Du 3 décembre 2020 au 7 juillet 2021, date de sa fermeture, ce centre a fourni aussi une aide alimentaire à près de 28 000 personnes dans les régions du Tavush, du Syunik et du Lori, ainsi que dans les villes d’Erevan, d’Ardachat et d’Etchmiadzine.
Au total, ce sont près de 60 000 personnes qui ont bénéficié d’une aide alimentaire, avec la participation sur le terrain de l’UGAB qui a reçu du Fonds Arménien de France une subvention de 375 000 €. Grâce à celle-ci, l’UGAB a distribué des colis alimentaires et hygiéniques, en complément de ceux du Fonds, dans les régions d’Ararat, Armavir, Gegharkunik, Vayots Dzor et en Artsakh.
Dans la capitale, la distribution du Fonds Arménien de France a été effectuée sous forme de colis. En province, les produits « en vrac » ont été expédiés par camions, selon les besoins spécifiés par les maires. Ainsi, à Etchmiadzine, à la demande de la maire, Diana Gasparyan, le Fonds Arménien a fourni du lait concentré, du café, de la viande et du fromage de sa ferme de Lusadzor, ainsi que des sucreries pour les enfants à l’occasion du Jour de l’An. Dans le Tavush, de la viande, du fromage provenant de Lusadzor et des colis alimentaires ont été distribués à 900 personnes. Le contenu des colis a été défini en fonction des habitudes alimentaires arméniennes : pâtes, vermicelle, riz, sarrasin, huile, farine, lentilles, sauce tomate, viande en conserve, lait concentré, sucre, confiture, légumes en conserve et café.
Vingt-trois collectivités territoriales françaises ainsi que le Parlement du Pays basque espagnol, le Fonds Meyer Louis Dreyfus et le Fonds Arménien d’Argentine ont financé près de 70 % de cette aide. Le Centre de crise et de soutien du ministère français des Affaires étrangères a également participé au financement
de cette opération. Enfin, le Fonds Arménien de France a distribué des colis alimentaires financés par le Fonds Arménien d’Argentine à une colonie de 250 enfants organisée cet été par le ministère arménien des Affaires sociales, dans le village de Hankavan.
Il s’agit d’enfants dont l’un des membres de la famille a été tué lors de la guerre, d’enfants de réfugiés et d’enfants défavorisés d’Arménie.
Le budget pour l’ensemble de cette aide d’urgence est monté à 772 000 €.
Les témoignages de reconnaissance exprimés sur place ont été nombreux et émouvants.
Une mère de famille bénéficiaire d’un colis disait ainsi : « Ce que vous faites est tellement important ; merci à tous ceux qui travaillent et à tous ceux qui nous offrent leur aide ».

Avec le soutien de l’ASAF, du département de l’Isère et de la ville de Vienne.

Le Fonds Arménien de France a livré des aliments à l’hôpital cardiovasculaire de Goris, créé et dirigé par l’association Action Santé France-Arménie (ASAF) de Marseille. Les équipes de l’hôpital ont préparé des colis alimentaires qui ont été distribués dans le théâtre de Goris. Cette opération a permis d’aider près de 800 familles déplacées d’Artsakh. Elle a été rendue possible grâce aux dons du département de l’Isère et de la ville de Vienne. Levon Sakounts, ingénieur informatique, deuxième adjoint à la ville de Vienne, s’est rendu sur place au mois de décembre pour participer à cette distribution :

« Dès le premier jour de la guerre, la municipalité de Goris a mis en place une base de données informatique. L’ensemble des réfugiés de la ville (environ 3 000 personnes) y sont centralisés. Chaque aide reçue est indiquée sur leur fiche famille ».
L’UGAB et la Fondation Aznavour ont aussi participé à ces distributions par le don de vêtements et de produits d’hygiène pour les nouveaux-nés.

Politique de confidentialité
Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Veuillez noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous proposons.