BP 12 - 75660 Paris Cedex 14

Les Actus

Appel à la vigilance et à la solidarité

[28/09/2020] – Bedros Terzian (Président du Fonds Arménien de France)

Ce matin, peu avant l’aube, l’armée de l’Azerbaïdjan a lancé une vaste offensive sur toute la ligne du front est de l’Artsakh, en déployant toute la panoplie des armements sophistiqués acquis ces dernières années.
Des agglomérations civiles arméniennes ont été visées dès le début, y compris la capitale, Stépanakert.
On déplore des morts et des blessés. Les réservistes ont été mobilisés en Arménie et en Artsakh. Les vétérans se rassemblent aux points de ralliement. Les lignes de front sont tenues. La population est mobilisée, calme et résolue.

Cette nouvelle offensive azérie survient moins de trois mois après celle qui a été lancée le 14 juillet dernier contre la région frontalière du Tavush, en Arménie, où déjà des habitations rurales avaient été bombardées. Les forces azéries avaient alors été refoulées.
A l’heure où  ces lignes sont écrites, on ne peut pas préjuger du développement futur des évènements actuels ni de leur extension géographique éventuelle ni de leur durée. La tournure que prendront les évènements sur le terrain et les réactions internationales auront certainement un grand impact sur l’évolution de la situation.

Depuis plusieurs mois déjà, le ton utilisé par les dirigeants azéris laissait peu de doutes sur leurs intentions. De son côté, le président turc Recep Tayyip Erdogan ne ménageait pas ses attaques verbales contre l’Arménie et les Arméniens. Dans une déclaration récente il est allé jusqu’à affirmer : « Nous allons continuer d’accomplir la mission que nos ancêtres ont  entreprise dans la région du Caucase ». Aucun arménien ne peut se méprendre sur la signification de ces mots. Des manœuvres militaires turco-azéries se sont tenues ces dernières semaines,  suivies de l’envoi récent de  « volontaires » turcs à Bakou. Le ministre turc de la Défense  vient de déclarer que son pays soutiendra l’Azerbaïdjan « de toutes ses ressources ». En l’état, personne ne peut exclure une implication, directe ou indirecte, de la Turquie dans ce conflit.

L’heure est grave. Tenons-nous prêts à toute éventualité. Nous demandons à tous les Arméniens et à leurs amis de rester mobilisés pour soutenir la population de l’Artsakh et de l’Arménie.

Le Fonds Arménien de France suit l’évolution de la situation d’heure en heure. Dès que les conditions l’exigeront, nous mettrons en place toutes les dispositions nécessaires à un soutien concret et massif à l’Arménie et à l’Artsakh.