BP 12 - 75660 Paris Cedex 14

LES PROJETS

Santé

Artsakh : inauguration de l’hôpital d’oncologie de Stepanakert

L’hôpital d’oncologie de Stepanakert a été inauguré en grandes pompes. Il a été réalisé grâce au bienfaiteur Richard Ohanessian et à l’action concertée du Fonds Arménien de France, de l’association HayMed et du ministère de la Santé de l’Artsakh.

Dimanche 2 avril sous une pluie fine, le Fonds Arménien a inauguré le centre hospitalier d’oncologie à Stepanakert, capitale de la République de l’Artsakh. Une entreprise menée à bien après trois ans de travaux. Cette impressionnante réalisation, résultat d’une coopération entre le gouvernement de l’Artsakh et le Fonds Arménien de France, a pu se faire grâce à une donation de Richard Ohanessian, de Lyon, en souvenir de ses parents, Vartan et Koharig.

L’inauguration du bâtiment ultramoderne s’est déroulée en présence notamment des plus hautes autorités de l’Artsakh et notamment du président de la République Bako Sahakian, du bienfaiteur, Richard Ohanessian, d’Ara Vardanian, président du Fonds Hayastan, et du président du Fonds Arménien de France, Bédros Terzian.

D’une capacité d’accueil pour 35 patients, le nouveau centre recouvre une surface totale de 2020 m² réparti sur trois niveaux. Il sera doté d’un équipement ultramoderne destiné à son bon fonctionnement ainsi qu’aux traitements par chimiothérapie. Des médecins ont été formés en France à cet effet.

Relié directement, par un couloir couvert, à l’hôpital principal de Stepanakert, le centre d’oncologie bénéficie des services communs et de certains équipements de ce bâtiment principal, dans un souci d’optimisation des moyens.

Il pourra desservir une aire géographique comprenant l’ensemble de l’Artsakh ainsi que le sud de l’Arménie. Auparavant, les familles devaient vendre leurs biens et se ruiner parfois pour accompagner leurs malades lors de leurs traitements, parfois longs, à Erevan ou à l’étranger.

Grâce au nouveau centre d’oncologie, ces traitements pourront se faire sur place.

“L’idée de construire cet hôpital m’a paru indispensable dans cette région, surtout pour le bien de sa population. Aujourd’hui, comme un fait exprès, c’est le 23e anniversaire du décès de ma mère et le 68e  anniversaire de la mort de mon père : je suis fier que cet hôpital porte leurs noms ” a déclaré le donateur, Richard Ohanessian.

“Ce n’est pas un hasard si le 2 avril a été choisi pour inaugurer ce centre si important. Notre message est clair : nous restons aux côtés de la population de l’Artsakh pour répondre à ses besoins vitaux et pour construire des infrastructures qui amélioreront ses conditions de vie” a dit Bédros Terzian qui, il y a tout juste un an, s’était rendu en Artsakh au lendemain de l’agression militaire azérie d’avril 2016, afin d’évaluer les besoins les plus urgents.

Dans la foulée, le Fonds Arménien de France avait envoyé des médicaments et des moyens de transport d’urgence en Artsakh, financés notamment par une levée de fonds exceptionnelle

L’accompagnement et le soutien humain et logistique de l’association médicale HayMed de France s’est avéré crucial à chaque étape du processus. Interrogé par Le Courrier du Fonds Arménien de France, Jean-Michel Eckerian son président a déclaré :

“Notre rôle consiste principalement au choix du matériel, à la mise en concurrence des firmes, l’achat de la colonne de cœlioscopie, du pistolet à biopsie, des chambres que l’on implante sous la peau afin de permettre les chimiothérapies, des écrans de surveillance cardiologiques et de l’oxygénation du sang, sans oublier le petit matériel de perfusion”.

A noter

L’association HayMed demeure en concertation permanente avec le ministère de la Santé de l’Artsakh et a pris en charge la formation pendant trois mois d’un médecin et d’un chirurgien artsakhiote à l’Institut Curie de Paris.